Evolution du web

Vers le WEB 3.0

 

 

 

D'après wikipedia : 

Historiquement, le Web 3.0 est une expression qui désigne la troisième étape en cours des transformations majeures dont le Web fait l'objet depuis son lancement :

  • Le Web 1.0 est l'internet qui se réfère aux pages web liées entre elles par des hyperliens qui a été créé au début des années 1990.

  • Le Web 2.0 est l'internet liant les personnes entre elles, au départ par le courrier électronique, puis qui s'est généralisé avec le phénomène des blogs, des forums de discussion agrégeant des communautés autour de sites internet et enfin avec les réseaux sociaux.

Le web 3.0, lui, n'est pas vraiment défini. En fait, l'expression est employée par tous les spécialistes pour expliquer ce que sera selon eux la prochaine étape de développement du web. Les deux thèses dominantes sont de considérer le web 3.0 comme l'Internet des objets1, qui émerge depuis 2008, l'autre thèse dominante est d'en faire le web sémantique.

 

Le Web 3.0 ?

C’est du côté des Anonymous qu’il faut regarder. Ils ouvrent la voie à une nouvelle ère d’Internet qui dans les années à venir sera désignée par le terme de Web 3.0. Alors que le Web 2.0 désigne un web participatif, intelligent, et social, le Web 3.0 désignera un Web libre, anonyme et activiste.

L’anonymat dans la masse

Nous sommes aujourd’hui à une époque charnière. Avec des usines à gaz comme Facebook, twitter ougoogle+, les grandes sociétés du Web offrent un outil communautaire international aux communautés autrefois isolées sur des blogs amateurs. Aujourd’hui ces communautés peuvent se retrouver et se regrouper sur ces réseaux sociaux, elles sont partout et elles sont légions. Toutes les grandes sociétés s’offrent des community managers afin d’avoir l’illusion de gérer ces communautés, de les maîtriser. La société est consciente du pouvoir de ces communautés et tente par tous les moyens de les rallier à leur cause.  Avec l’arrivée d’hadopi, il y a eu une accélération de la mise à disposition d’outils permettant de chiffrer les informations entrant et sortant d’un ordinateur. Tout le monde peut aujourd’hui préserver son anonymat sur Internet en utilisant par exemple un VPN ou au pire la navigation privée de son navigateur.

L’hacktivisme pour tous

A l’époque du Web 2.0, pour être un hacker , il fallait toucher sa bille en informatique. Aujourd’hui, de nouvelles technologies comme LOIC permettent à un débutant de faire tomber un serveur. Chaque internaute dispose désormais des outils pour faire régner sa loi. Evidemment, pour crasher un site, il faut avoir une communauté qui accepte de vous suivre. Ce qui permet au système de s’autoréguler et d’éviter la plupart du temps certaines dérives dangereuses.

L’Internet libre dans un monde libre

Les Anonymous veulent ouvrir la voie à un nouvel Internet plus « citoyen » en mettant à disposition TYLER, un outil avec « une interface extrêmement simple afin que n’importe qui puisse l’utiliser » pour dénoncer les mensonges et actes frauduleux de notre société. Peu importe ce que l’on pense individuellement des Anonymous, chaque communauté aura cet outil à disposition et pourra l’utilise de la manière qui lui plaira. Car derrière l’idée d’un Internet libre se cache aussi l’idée d’un monde plus juste. Seulement, tout le monde n’a pas la même idée de la liberté. Après une période d’apparente anarchie et de désorganisation comme celle que nous vivons actuellement, je suis certain que les communautés autoréguleront Internet pour en faire une zone d’expression libre et transparente. Bien sûr, pour arriver à ce stade là, il faudra du temps, et on l’appellera peut-être même le web 4.0.

 

 

 


 

 

>> Article issu d'un exposé d'étudiants (Bachelor 2015) 

 

 

 

Introduction


 

Le World Wide Web (WWW), communément appelé le Web, et plus familièrement la Toile, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet. Le Web permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L’image de la toile d’araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles.

Le Web n’est qu’une des applications d’Internet, distincte d’autres applications comme le courrier électronique, la messagerie instantanée, et le partage de fichiers en pair à pair. Le Web a été inventé par Tim Berners-Lee et Robert Cailliau plusieurs années après Internet, mais c’est lui qui a rendu les médias grand public attentifs à Internet. Depuis, le Web est fréquemment confondu avec Internet; en particulier, le mot Toile est souvent utilisé dans les textes non techniques sans qu’il désigne clairement le Web ou Internet.

 

 

 

 

 Le web 1.0


 

Le web 1.0 représente les sites de première génération. Les contenus sont produits, hébergés et gérés uniquement par le propriétaire du site. L’utilisateur n’est que spectateur, lecteur de l’information qui s’y trouve.

Ces sites sont les systèmes d’information du début de l’histoire d’internet (dans les années 1990).

Le web 1.0 a un fonctionnement très linéaire : un contenu statique proposé par un producteur est affiché sur un site Internet consulté par des internautes. C’est un web passif.

Le web 1.0 se caractérise par la notion de "site web" qui s'apparente dans le monde physique à une bibliothèque où il faut se rendre pour aller chercher son contenu et qui n'est pas modifiable.

Le web 1.0 offre donc la possibilité de publier du contenu web uniquement par le propriétaire du site en question, sous forme de pages HTML statiques. L'internaute est donc passif car il ne peut que consulter les pages internet.

En fait, le web 1.0 est tout aussi ennuyeux qu’une bibliothèque…

 

En outre, le design des sites internet issus du web 1.0 pique les yeux. Nous allons illustrer nos propos et décrire en toute objectivité (oui, oui) à quoi ressemblait un site internet dans les années 90. 


Nous voila de retour sur notre beau système d'exploitation Windows 98 (qui n'a pas pris une ride sans déconner).

On remarque immédiatement la trame de fond d'un violet vif, qui s'apparente à... rien du tout. En prime, quelques gifs grossièrement insérés et un maximum de couleurs différentes pour faire vivre le site.

 

Ci-dessus, en calligraphie verte, un superbe "Comic Sans MS", plus fréquemment appelé "Comic SMS" par nos grands-mères.

Ici, pourquoi faire dans la sobriété quand on peut faire moche. Préférez ainsi du texte vert et violet sur fond noir, plutôt qu'un texte noir sur fond blanc. 

 

Le web a beaucoup évolué depuis sa création. On pourrait croire que le web 1.0 a disparu afin de laissé place au web 2.0, mais en réalité le web 1.0 existe toujours mais il a été enrichi avec de nouveaux usages basés sur le partage de l’information ainsi que de nouveaux outils afin de donner ce qu’on appelle le web 2.0.

 

Le web 2.0


Savez-vous qu'actuellement, lorsqu'on veut aller voir une recette de chili sur marmiton parce quon en a marre des pâtes au beurre, qu'on passent des heures sur facebook au lieu de réviser, ou encore qu'on cherche de l'aide sur les forums de "comment ça marche" parce qu'on arrive pas à réinitialiser notre téléphone, on utilise tout simplement le web 2.0.

 

Concrètement, c'est quoi? 

L'expression "web 2.0" désigne l'ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages du World Wide Web qui ont suivi la forme originelle du web, caractérisée par plus de simplicité et d'interactivité. Elle concerne en particulier les interfaces permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques de s'approprier de nouvelles fonctionnalités du web. Le web 2.0 est en fait l'évolution du web vers l'interactivité à travers une complexification interne de la technologie mais permettant plus de simplicité d'utilisation, les connaissances techniques et informatiques n'étant pas indispensables pour les utilisateurs.

 

Le web 2.0 ou le rôle contributif des usagers

C’est donc l’appropriation par les internautes des nouveaux outils pour publier des contenus numériques à travers les blogs, les wikis, partager des photos, des films ou des vidéos et d’autres applications encore.

 

 

 

 

  1. Le blog

 

 

Le phénomène de blog est un des aspects le plus significatif selon moi de l’évolution du web vers un web contributif.

Un blog est un site web composé de notes ou de billets (posts en anglais) classés selon leur date de publication. Le succès du blog vient d’une grande facilité de publication, d’une grande liberté éditoriale et de la capacité d'interaction en temps réel avec le lectorat.
Un blog peut intégrer un fil RSS qui est un simple fichier texte au format XML comportant la description synthétique du contenu et permettant la diffusion automatique des mises à jour du blog ou de n’importe quel site web.

 

  • Parce qu’ils sont simples à créer, les blogs démocratisent l’expression du public.

  • Blogger, tumblr, unblog.com… des choix variés pour créer son blog en toute simplicité

 

Attention, bien que son nom prête à confusion, skyblog, la star incontestée du web 1.0 à un statut de bouc émissaire dans la société collaboratrice du web 2.0.

 

 

  1. Le wiki

Qui n’a jamais fait une recherche dans le cadre d’un travail scolaire en se répétant sans cesse les propos tenus par le professeur la veille (oui parce qu’on se met toujours au boulot la veille) « je vous déconseille wikipédia, c’est la solution de facilité et c’est un site qui véhicule des informations souvent peu pertinentes » ?

Wikipédia à pourtant vu le jour grâce au concept de « wiki ». Le « wiki » est une application web qui permet la création, la modification et l'illustration collaboratives de pages à l'intérieur d'un site web. Il utilise un langage de balisage et son contenu est modifiable au moyen d’un navigateur web.

 

Wikipédia permet en outre d’assimiler une information plus facilement qu’en la cherchant sur des sites ennuye… spécialisés.

 

  • La prochaine fois, on pensera à avertir les profs que Wikipédia, c’est quand même un élément fondamental du web 2.0.

 

 

  1. YouTube  

 

 

Avant de passer aux réseaux sociaux, nous allons évoquer un site web d’hébergement de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, regarder et partager des vidéos,

Il peut être considéré comme un réseau social mais il est axé sur le partage de vidéos en tout genre. Des clips vidéo fraichement sortis qui atteignent les centaines de millions de vues, aux tutoriels de guitare, en passant par les gros flops sans intérêts qui sont généreusement "trollés", tout le monde y trouve son compte.

C’est un site web très évocateur du web 2.0 car il s’inscrit tout à fait dans une dimension de partage, d’échanges de points de vue. Il est un tremplin culturel sur le web.

 

 

  1. Les réseaux sociaux

Facebook : On ne fait plus les présentations même si ce n’est pas très poli. Facebook est le site de socialisation par excellence. Au cœur du site on trouve des profils connectés par lien à des amis à travers le système. Les profils sont personnalisés et comportent les domaines d’intérêt et les goûts de chacun. Ce que les gens partagent entre eux, ce sont essentiellement des formes de cultures (mode, musique, pensées, médias…)

D’autres réseaux sociaux tels que Twitter, LinkedIn, ou Myspace gravitent autour en essayant de se faire une place.

 

 

 

Chronologiquement, le web 2.0 est venu enrichir son prédécesseur, le 1.0 pour s'imposer en 2007 jusqu'à aujourd'hui.


Voila, en gros, le web 2.0 c'est donner l'impression qu'internet c'est trop simple et qu'on y trouve tout, alors qu'en fait certains galèrent à programmer tous les supers sites internet dont on a besoin.

 

Vers le web 3.0?


La bataille est rude entre les experts pour se mettre d'accord sur ce que sera le futur du web. Ce qui est certain, c'est que ce web sera technologique : les machines et les individus sont de plus en plus connectés entre eux. Nous avons déjà les smartphones, les tablettes, et on voit arriver doucement mais sûrement la connexion à Internet de nos outils de tous les jours : les réfrigérateurs, les voitures, les chaussures aussi...

Aujourd'hui encore controversé, le web 3.0 est, selon certains experts un concept deja d'actualité tandis que pour d'autres, cette transition est encore délicate à assimiler.

 

Le web 3.0 ou le web des objets

Le Web sémantique, ou toile sémantique, est un mouvement collaboratif mené par le World Wide Web Consortium qui favorise des méthodes communes pour échanger des données.

Le Web sémantique vise à aider l'émergence de nouvelles connaissances en s'appuyant sur les connaissances déjà présentes sur Internet. Pour y parvenir, le Web sémantique met en œuvre le Web des données qui consiste à lier et structurer l'information sur Internet pour accéder simplement à la connaissance qu'elle contient déjà.

Selon le W3C, « le Web sémantique fournit un Modèle qui permet aux données d'être partagées et réutilisées entre plusieurs applications, entreprises et groupes d'utilisateurs ».

Dans la continuité du 2.0, le web 3.0 se veut tout aussi collaboratif mais inclus des interactions par le biai non seulement des ordinateurs mais aussi d'autres objets désormais ultra démocratisés tels que les smartphones, tablettes, montres...

Même les frigos peuvent communiquer avec nous...

 

En conclusion, à l'heure actuelle, lorsque certains experts s'accordent pour dire que nous intégrons le web sémantique, d'autres préfèrent toujours s'en tenir au terme de web 2.0, dénonçant le web 3.0 qui serait qu'un simple "buzz marketing"

 

 

 

 

 

Tableau synthétique


 

Web 1.0

Web 2.0

Web 3.0

Web passif

Un développeur de site

Des utilisateurs uniquement spectateurs

Effet bibliothèque

Utilisateur récupère simplement de l’information

 

Web collaboratif

Partage de l’information

Développement plus complexe mais contenu plus attractif

Réseaux sociaux

Ne nécessite pas de connaissances informatiques particulières pour l’utilisateur

Capacité de l’utilisateur à s’auto former

Web sémantique

Emergence de nouvelles connaissances

Web des objets

Avis mitigé sur le concept

Echanges de données via ordinateurs, smartphones, tablettes

 

 

Les CMS libres

  • Joomla!

    Joomla! est un CMS Open Source sous licence GNU GPL, très répandu. L'installation est facile, ne demandant que le trousseau d'accès au serveur MySql. L'utilisateur découvre un site préconfiguré avec des exemples de contenus structurés et un back-office qu'il peut

  • 1
  • 2
  • 3

Prenez contact

 Openspice
 Via formulaire
 +33686574003
 +33367083077
 FRANCE
 Strasbourg

Gardez contact